Après « Charlie », le journal du deuil

Latest news

    Au matin du 7 janvier 2015, peu de temps avant de se trouver collé au sol, la tête dans une mare de sang, Philippe Lançon était assis chez lui. Il écrivait un e-mail à Claire Devarrieux, qui dirige le service « Livres » au quotidien Libération. Dans ce message, le critique littéraire raillait les « bavardages » de ses confrères à propos de Michel Houellebecq, dont le nouveau roman, Soumission, sortait le jour même, et avec lequel il avait rendez-vous à la fin de la semaine. « Cela laisse du champ, samedi, pour un entretien que j’espère plus raisonnable et précis », se félicitait-il. Trois ans ont passé et Lançon y revient aujourd’hui sans grande fierté : « Ces phrases anodines, plutôt méprisantes et non dépourvues d’autosatisfaction, je les ai écrites comme si la vie allait continuer (…). Ce sont les derniers mots d’un journaliste ordinaire et d’un inconscient », note-t-il dans Le Lambeau, livre magistral, brûlant journal de deuil.

    Vérité physiologique

    Brûlant ? Magistral ? Nous écrivons ces mots et déjà la honte rôde. Ce texte revenu d’entre les morts, allons-nous le traiter depuis l’autre rive, dans les termes et selon les usages du journaliste ordinaire, cet inconscient dont la vie, elle, a continué ? Cela s’annonçait possible, puisque, en apparence, rien n’avait changé : nous avons vu Teresa Cremisi, l’éditrice de Philippe Lançon, qui nous a remis les épreuves du Lambeau ; nous avons appelé Pascale Richard, son attachée de presse chez Gallimard, pour lui dire notre souhait de publier les bonnes feuilles ; nous avons collectivement décidé d’en faire la « une » et fixé une date de parution. Tout s’est passé comme si l’auteur appartenait encore à notre monde ordinaire, celui des vivants rivés à leur fausse sécurité, à leur sotte insouciance. Et pourtant, à mesure que nous avancions dans le livre, il devenait clair que la frivolité n’avait aucune place : les ponts étaient…

    View the original article: http://www.lemonde.fr/livres/article/2018/04/11/apres-charlie-le-journal-du-deuil_5283979_3260.html

    http://www.lemonde.fr/livres/article/2018/04/11/apres-charlie-le-journal-du-deuil_5283979_3260.html

    In the same category are

    Daniel Cordier vend ses dernières reliques chez Sotheby’s Sotheby’s disperse le 27 septembre à Paris la collection de Daniel Cordier. Ou plutôt ce qui en reste. Le grand résistant, aujourd’hui nonagénaire, él...
    Nina Bouraoui : « Quelle ­richesse, cette homosexualité qui fut un long chemin ! » La romancière d’origine franco-algérienne, qui remporta le prix Renaudot en 2005 pour Mes mauvaises pensées, vient de publier Tous les hommes désirent...
    « Maisons extraordinaires » : de l’art pauvre pour les riches Netflix, à la demande, série documentaireLa première saison de The World’s Most Extraordinary Homes (« les plus extraordinaires maisons du monde ») se...
    Le coin du crime. Plongée en hypothermie Sott (Rupture), de Ragnar Jonasson, traduit de l’anglais par Ombeline Marchon, La Martinière, 352 p., 21 €.En face, la mer du Groënland où luisent sou...
    « Vaurien » : un huis clos risqué à Pôle Emploi L’avis du « Monde » – pourquoi pasMalgré ses cinq années d’études, Redouane ne parvient pas à trouver du travail. Lorsqu’il reçoit un courrier de Pôle...
    Jacques Audiard à la conquête de l’Ouest La confrontation à l’Amérique est une expérience sporadiquement tentée par des auteurs français. C’est une manière de se mesurer au mythe, au genre, à...

    Leave a comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.