Breaking

Jérôme Garcin : « Faire revenir ceux qui ne sont plus »

Latest news

    L’écrivain et journaliste Jérôme Garcin, chez lui, à Paris, en 2018.

    Le Syndrome de Garcin, de Jérôme Garcin, Gallimard, 160 p., 14,50 €.

    La photographie est posée en évidence dans le salon. Le portrait, de tête, d’un cheval à la robe claire, balançant au vent, d’un mouvement d’encolure, un long toupet, une abondante crinière. Et on le reconnaît. N’est-ce pas Danseur, le lusitanien ­d’Anne-Marie, son épouse ? Jérôme Garcin sourit. Du coup, on cherche des yeux, près de clichés de famille, celle d’Eaubac, son trotteur français. Juste parce que revient en mémoire cette phrase de Théâtre intime (Gallimard, 2003) : « Désormais, dans nos vies, dans notre vie, il y aurait, pour donner de l’allégresse, de l’altitude et du défi, Danseur et Eaubac, le gris et le bai, (…) deux presque contemporains, deux voisins de box – huit jambes pour la grande aventure. Le prolongement d’un couple, une manière, peut-être, de consécration. »

    Théâtre intime pourrait d’ailleurs être un titre générique à l’œuvre de Garcin, tant il y fait confidence de ses sentiments, de ses questionnements, de ses longs chagrins et de ses joies soudaines. Du passé difficile, de la fragilité du présent. Cela affleure dans tous ses livres (une trentaine), romans, essais, dialogues, correspondance. Cela s’énonce dans son journal (Cavalier seul, Gallimard, 2006), et fait la trame et le fil de ses récits. Il vient d’en publier un nouveau, Le Syndrome de Garcin, histoire de filiation et d’origines où, héritier de toute une dynastie de médecins qui l’ont précédé, à commencer par ses deux grands-pères, il s’interroge sur la transmission, les ruptures, la disparition. Et l’oubli. Là, davantage encore, le théâtre intime devient théâtre d’ombres. « L’important, dit-il, est de faire revenir, exister à nouveau, ceux qui ne sont plus. »

    Pratique équestre

    View the original article: http://www.lemonde.fr/livres/article/2018/02/11/jerome-garcin-faire-revenir-ceux-qui-ne-sont-plus_5255076_3260.html

    Depuis La Chute de cheval (Gallimard, 1998), Jérôme Garcin n’a cessé de poursuivre…

    Jérôme Garcin : ” Faire revenir ceux qui ne sont plus “

    L’écrivain, journaliste à ” L’Obs ” et animateur du ” Masque et la Plume “, poursuit sa quête de soi et du temps effacé, commencée il y a vingt ans. Ses aïeux, dont deux grands-pères médecins, sont au cœur du ” Syndrome de Garcin “.

    In the same category are

    L’écrivain Claude Courtot est mort « Ma vie ne tient qu’au fil poétique. » Placée en tête de l’annonce de sa mort publiée dans le carnet du Monde du samedi 11 août, au lendemain de son ...
    José Le Piez et les arbres à sons « Un jour de juin 1997, une de mes sculptures s’est mise à chanter. » Un souvenir fort, dont José Le Piez s’étonne encore. La chose s’est produite dan...
    Les guerres de Don McCullin, maître de la photographie britannique Le photographe a refermé la porte de la chambre noire – la chambre de ses « fantômes », dit-il. C’est là qu’ils ont émergé, les « fantômes », dans ce ...
    A Locarno, le retour intranquille de Yolande Zauberman Après dix jours de fournaise tempérée par la climatisation des salles, le Festival du film de Locarno ferme ses portes samedi 11 août. Riche en divers...
    Poussés à se renouveler, les Oscars vont-ils « perdre leur âme » ? Vite, il fallait redorer la plus célèbre des statuettes américaines. Voilà plusieurs années que les Oscars, la grand-messe du cinéma américain, trave...
    Poussés à se renouveler, les Oscars vont-ils « perdre leur âme » ? Vite, il fallait redorer la plus célèbre des statuettes américaines. Voilà plusieurs années que les Oscars, la grand-messe du cinéma américain, trave...

    Leave a comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.