Breaking

Paul Thomas Anderson : « On peut tenir cette histoire entre ses mains »

Latest news

    Le réalisateur Paul Thomas Anderson lors du déjeuner des nommés aux Oscars, à Los Angeles, le 5 février 2018.

    En bon Américain, Paul Thomas Anderson est un cinéaste pragmatique, plus prompt à détailler la confection de son huitième long-métrage, Phantom Thread, qu’à broder des théories sur le rapport de force entre les sexes lors des prochains Oscars, où il a glané six nominations. Le quadra reçoit dans un palace parisien, peu après « un excellent déjeuner ».

    Votre film est saturé de repas, qui affriandent ou enveniment les relations de couple, de famille, de travail. Pourquoi ?

    Quand Daniel Day-Lewis et moi préparions There Will Be Blood (2007), Daniel se moquait chaque matin de la sophistication de mes petits déjeuners. Le tournage de Phantom Thread nous a permis de surenchérir sur cet amusant petit rituel.

    « Phantom Thread » est-il le pendant matérialiste de « The Master » (2012), où les rapports de force s’exprimaient sur un mode plus spirituel ?

    L’histoire est très mince, on peut la tenir entre ses mains, comme un tissu. Le spectateur s’y plongera d’autant mieux. De tous les films en lice pour les Oscars que j’ai vus, celui qui m’a le plus troublé est Call Me by Your Name, de Luca Guadagnino : élégant, minimal, pragmatique.

    Le décor est tapissé de motifs conçus par William Morris, un designer socialiste issu de l’aristocratie victorienne. « Phantom Thread » est-il marxiste ?

    View the original article: http://www.lemonde.fr/cinema/article/2018/02/13/paul-thomas-anderson-on-peut-tenir-cette-histoire-entre-ses-mains_5255935_3476.html

    Cette idée me plaît beaucoup ! Comme nombre d’immigrés dans l’Angleterre des années 1950, le personnage d’Alma a fui l’Europe de l’Est à cause de la guerre : travailler pour un couturier excentrique tel que Reynolds Woodcock est ce qui pouvait lui arriver de moins dramatique. Reynolds pensait, comme le chante Neil Young, qu’« un homme a besoin d’une servante ». Mais il réalise qu’il aime qu’Alma lui réponde, le domine, l’affaiblisse. Elle crée ce que les pédiatres appellent « un syndrome de Münchhausen par procuration » : on rend quelqu’un…

    Paul Thomas Anderson : ” On peut tenir cette histoire entre ses mains “

    Le cinéaste américain insiste sur la dimension pragmatique de son nouveau long-métrage, qui aurait pu s’intituler ” The Master “. Le Monde | | Propos recueillis par Aureliano Tonet En bon Américain, Paul Thomas Anderson est un cinéaste pragmatique, plus prompt à détailler la confection de son huitième long-métrage, Phantom Thread, qu’à broder des théories sur le rapport de force entre les sexes lors des prochains Oscars, où il a glané six nominations.

    In the same category are

    L’écrivain Claude Courtot est mort « Ma vie ne tient qu’au fil poétique. » Placée en tête de l’annonce de sa mort publiée dans le carnet du Monde du samedi 11 août, au lendemain de son ...
    José Le Piez et les arbres à sons « Un jour de juin 1997, une de mes sculptures s’est mise à chanter. » Un souvenir fort, dont José Le Piez s’étonne encore. La chose s’est produite dan...
    Les guerres de Don McCullin, maître de la photographie britannique Le photographe a refermé la porte de la chambre noire – la chambre de ses « fantômes », dit-il. C’est là qu’ils ont émergé, les « fantômes », dans ce ...
    A Locarno, le retour intranquille de Yolande Zauberman Après dix jours de fournaise tempérée par la climatisation des salles, le Festival du film de Locarno ferme ses portes samedi 11 août. Riche en divers...
    Poussés à se renouveler, les Oscars vont-ils « perdre leur âme » ? Vite, il fallait redorer la plus célèbre des statuettes américaines. Voilà plusieurs années que les Oscars, la grand-messe du cinéma américain, trave...
    Poussés à se renouveler, les Oscars vont-ils « perdre leur âme » ? Vite, il fallait redorer la plus célèbre des statuettes américaines. Voilà plusieurs années que les Oscars, la grand-messe du cinéma américain, trave...

    Leave a comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.