Une journée dans la vie et l’amour d’une femme


Au début des années 1950, alors qu’il est marié depuis deux ans, le jeune photographe suisse René Groebli part en voyage de noces à Paris, puis à Marseille. Pas le sou pour quitter Zurich plus tôt. Sans doute le couple visite-t-il la ville, mais surtout il reste dans le modeste hôtel de Montparnasse pour transformer des images en poème amoureux. De toute façon, René Groebli connaît Paris – il y a passé trois mois en 1949, rencontrant notamment Brassaï et son compatriote Robert Frank. À l’époque, photographier son épouse, c’est banal. La saisir nue aussi.

Mais le faire de façon obsessionnelle pour raconter une histoire sensuelle et onirique, puis la transformer en livre, en 1954, sous le titre Das Auge der Liebe (L’Œil de l’amour, réédité récemment), c’est inédit. Ce travail est présenté au festival Kyotographie, qui s’ouvre à Kyoto et dont M Le magazine du Monde est partenaire.

Romantisme et existentialisme

Toute l’ambiguïté de ce « reportage » tient au style double de Groebli. Quand il débarque à Paris avec Rita, c’est déjà un virtuose de la forme radicale et glacée, héritée de la modernité des années 1920-1930 – vues en plongée, angles dynamiques, gros plans. Il est si doué qu’il publie en 1949, à l’âge de 22 ans, un livre devenu culte, Magie der Schiene (La Magie du rail), où il traduit brillamment en images la vitesse du train, le bruit de la locomotive, l’odeur de la fumée épaisse. Mais c’est aussi un romantique, emprunt d’existentialisme, qui aime les gens. Les deux appareils qu’il tient en main, le distant Rolleiflex et le charnel Leica participent de cette double influence.

Visit our new websites featuring all the news and latest technology that is about to change the world we live in forever

Lors de son voyage de noces, en 1953, le photographe suisse René Groebli séjourne avec sa nouvelle épouse dans un petit hôtel de Montparnasse, à Paris. À travers ses clichés, il fait de sa lune de miel une histoire onirique et sensuelle

René Groebli/Courtesy Galerie Esther Woerdehoff, Paris

› Accéder au portfolio

Dans L’Œil de l’amour, cela donne un cocktail subtil. Rita est magnifique, elle se transforme en véritable piège à formes. Groebli montre son visage, ses seins, sa nuque, sa main, ses jambes, son dos, ses fesses. Le graphisme est épuré, magnifié par de gros plans élégants, des fragments soignés et la lumière harmonieuse qui distribue parfaitement les noirs et les blancs. Mais l’intelligence de Groebli est d’y associer des images qui donnent de la chair à son épouse et au récit. D’abord des vues plus larges : Rita endormie sur le lit, Rita qui se maquille, fume une cigarette au café, fixe l’appareil avec insolence, du genre « Vous allez me voir nue, et alors ? »

Entre public et privé

Il montre aussi la bouteille de vin largement entamée, le lit défait après l’amour, la robe suspendue sur un cintre. Autant de « natures mortes » qui donnent de l’épaisseur au conte qui défile sous nos yeux. C’est ainsi que Rita apparaît tour à tour nue et habillée, à la ville et dans la chambre, qui montre et cache son visage – autant d’ambiances changeantes, entre public et privé, qui font entrer le spectateur dans l’intimité d’une femme. C’est bien cela que veut Groebli qui, en ne retenant que 25 photos sur 300, donne l’impression que toutes les prises de vue racontent une journée dans la vie et l’amour d’une femme – aucune autre personne, sauf parfois la figure du photographe, n’apparaît dans le cadre.


All the links in Encyclopedic.co.uk stories are in RED with a Square and arrow, follow the links if you need to get more information, All our stories have all the links back to the original source, we also have other versions of the story on our website, Search our site using the link to the top left, check them all so you can decide what is the truth or copy and paste some words into google and get even more sources.

Any external stories, features, news feeds, articles or external website content, linked to from within this website (through direct links or RSS feed boxes, etc.) are the absolute, and strict, copyright of the writers, owners or publishers concerned.

Search our Site 

www.google.com

On est loin d’un autre voyage de noces en images, celui du Japonais Araki, qui photographie sa femme Yoko en train de jouir pendant qu’il la pénètre, à découvrir dans le livre Voyage sentimental, en 1971. Groebli est plus sage mais nous sommes vingt ans plus tôt, une époque où les photographes descendaient plus dans la rue qu’ils ne montaient dans la chambre. Du reste, à sa publication, son livre, « un poème érotique et sensible », est qualifié de « pornographique » par un journal zurichois, explique sa galeriste à Paris, Esther Woerdehoff. Aujourd’hui, c’est juste un ovni délicat et sensuel. Un livre vivant. Comme René Groebli, qui a 89 ans aujourd’hui.

View the original article: http://www.lemonde.fr/m-moyen-format/article/2017/04/20/une-journee-dans-la-vie-et-l-amour-d-une-femme_5114254_4497271.html

Kyotographie Festival international de photographie, jusqu’au 14 mai. www.kyotographie.jp/en
Une sélection de 10 tirages platinum palladium de la série « L’Œil de l’amour », réalisée par le photographe suisse René Groebli lors de son voyage de noces à Paris en 1953, est publiée en 2017 au format 40 × 50 cm. L’édition de ce portfolio est limitée à 20 exemplaires. Contact : galerie Esther Woerdehoff, Paris, qui représente le travail de René Groebli. www.ewgalerie.com

Beware of other sites you have never heard of giving you news, a lot of them are just wanting to feed you multiple popup adverts and malware

Visit us on facebook at https://www.facebook.com/notinthemainstreamnews/
We use all our content under fair use to compare who is Fake and who is not, we do not claim ownership at all, all stories are published by the owners as FREE RSS Feeds.

Othen.bizRegisteredgites.com Giteinfrance.biz – Simonothen.com = Northernsoulers.uk – LaBataille.co.uk

In the same category are

Vivre sous la menace du Vésuve Assis dans le grand fauteuil où, depuis des mois, il passe le plus clair de son temps, Giorgio Borrelli masse sa cuisse douloureuse en ressassant les ...
Pinar & Viola, duo artistique bien dans son temps L’une est turco-canadienne. L’autre néerlandaise. Respectivement 32 et 34 ans, Pinar Demirdag et Viola Renate, alias Pinar&Viola, forment l’un des...
« The Family Law » : quand le multiculturalisme passionne les Australiens L’Australie est, selon le premier ministre Malcolm Turnbull, « la société multiculturelle qui réussit le mieux dans le monde ». Benjamin Law, auteur d...
Damso, rappeur belge pas si méchant Un mètre quatre-vingt-douze, un physique de footballeur américain et une voix de basse qui impose son rythme aux conversations. Le Belge Damso, 25 ans...
Binoche, Sempé, Phoenix… 22 célébrités dans l’objectif de Brigitte Lacombe Le génie français appartient-il au passé ? C’est par cette interrogation qu’a débuté la collaboration de M Le magazine du Monde avec Brigitte Lacomb...
Le poing levé de Laverne Cox, actrice, Noire, transsexuelle Depuis cinq ans, Laverne Cox vit au rythme des premières fois. Des premières fois pour elle, et des premières fois tout court.En 2014, l’actrice, qui ...
A Paris, Jack Davison tord les clichés De son séjour à Paris, le Britannique Jack Davison a rapporté des cartes postales. Mais pas n’importe lesquelles : les siennes. Imprimant les fichiers...
A Marseille, les plages miroir des clivages Les villes du sud sont laides sous la pluie. A Marseille, le 1er avril, il tombait des cordes. La plupart des chauffeurs de taxi étaient en grève et d...
L’œuvre post-Brexit de Grayson Perry Quel est le point commun entre Teresa May, première ministre du Royaume-Uni, et Grayson Perry, artiste céramiste, connu notamment pour apparaître trav...
Le Monsieur Propre espagnol avait les mains sales C’est à se demander qui, en Espagne, n’a pas de société offshore : même le procureur anticorruption, Manuel Moix, en avait une depuis 2012… L’homme ce...
« Shérif » fait la loi sur les écrans sud-coréens C’est un des succès surprises du printemps en Corée du Sud. Fin mai, à peine un mois après sa sortie, la comédie policière Boangwan (« shérif ») avait...
« Nothingwood », sur les traces du Ed Wood afghan Salim Shaheen, le personnage principal du documentaire « Nothingwood », est à la fois un prince de la série Z, un grand cinéaste afghan, dans un pays ...
Les Etats-Unis allergiques aux traités internationaux Depuis près d’un siècle, la première puissance mondiale n’hésite pas à faire fi des accords mondiaux. 2017 : Trump pourrit le climat C’était une prome...
Thierry Mandon revient à la vie civile Après vingt-neuf ans de politique, l’ex-secrétaire d’Etat chargé de l’enseignement supérieur se lance dans une nouvelle « aventure ». Ex-Benjamin de l...
Le Saint-Germain-des-Prés désenchanté d’Ed van der Elsken L’enfance, l’amour, l’entraide… A Paris, les photographes humanistes, de Willy Ronis à Robert Doisneau, ont surtout peint l’après-guerre dans une tona...
Patrick Boucheron, l’historien qui défie les apôtres du déclin Il intrigue, ce graffiti à l’entrée du Collège de France, en plein Quartier latin. Ce temple de l’excellence et de la recherche universitaire est habi...
Ces candidats qui veulent faire tomber les poids lourds de la politique Quelques-uns passent leur chemin sans saisir le tract mais la plupart le fourrent dans leur cabas entre radis, salsifis et œufs frais. « C’est bon sig...
Raffarin et Debré, du rififi en Chiraquie Les deux ténors de la droite soutiennent des candidats qui s’opposent lors des élections législatives, le 11 et 18 juin. Jean-Pierre Raffarin Les Répu...
Allons Enfants, les moins de 25 ans dans la course à l’Assemblée Ils ont pour certains quitté le Mouvement des jeunes socialistes ou des Jeunes avec Fillon pour rejoindre le parti « des jeunes » tout court. Les 11 e...
Tokyo (enfin) en guerre contre la pédopornographie Soucieuse de mieux lutter contre les prédateurs sexuels sur Internet, la métropole de Tokyo veut punir les personnes qui incitent ou forcent les enfan...

Special Promotion

Fancy a holiday in rural France ?

Find your ideal holiday accommodation in France, with peace of mind that all our properties are officially registered

Our aim is to provide potential holiday makers with a choice of properties, all of which are officially recognised by the French authorities as holiday lettings.  Every gite and holiday accommodation on our website is registered in France in one of two ways. It is either registered with the local Mayor as a tourism/short stay property or is is registered as a holiday letting business in France and so has a SIRET number. We will not advertise any properties unless we have seen evidence of this. If you want anymore information about this, please do contact us.

Follow us on Twitter 


Dont forget to “Like” us on Facebook


Other Video sections include:  Disclose TV – Twit Podcasts – Coming Soon our own Youtube Channel

We also recommend the excellent “No Agenda Podcast”  with Adam Curry & John C Dvorak


Comment on this story