Architecture : à la Biennale de Venise, la Suisse sublime le vide

Latest news

    De gauche à droite : Alessandro Bosshard, Li Tavor, Matthew van der Ploeg et Ani Vihervaara, les commissaires du pavillon suisse à la Biennale de Venise, le 20 mai 2018.

    Sans rien céder sur la précision et l’exigence qui font la réputation de leur architecture nationale, les Suisses ont créé l’événement à la Biennale de Venise, en transformant leur pavillon en un appar­tement vide, dont l’échelle des pièces varie à mesure qu’on s’y enfonce. Dans cette ma­nifestation monstre qui court toujours le risque d’être rattrapée par l’esprit de sérieux, le surplomb didactique et l’expérience ludique et pop qu’ils proposent, intitulée « Svizzera 240 : House Tour », ont produit leur petit effet.

    A la différence des maquettes, photos et ­installations généralement employées pour représenter l’architecture, ce parcours tendanciellement surréaliste convoque des images sorties d’Alice au pays des merveilles, qui appellent, au contraire, à remettre en question ce qui est. Ce faisant, il répond aux souhaits exprimés par Yvonne Farrell et Shelley McNamara, les co-commissaires de la Biennale 2018, dans leur manifeste, Freespace : ­renouveler les manières de voir et de faire, ­renouer avec les fondamentaux de l’archi­tecture et replacer l’humain et le local au cœur de la conception, pour apporter des réponses aux défis de notre époque qui soient susceptibles de l’enchanter quelque peu.

    La démarche a séduit jusqu’au jury, qui a ­attribué le Lion d’or à Alessandro Bosshard, Li Tavor, Matthew van der Ploeg et Ani Vihervaara, les commissaires du pavillon. Derrière ces noms, deux hommes et deux femmes (les premières de l’histoire de la Biennale à représenter la Suisse), trentenaires, tous assistants et chercheurs à l’Ecole polytechnique fédérale de Zürich (dite « ETHZ »), aucun n’ayant jamais encore réalisé un bâtiment en son nom. Il y a deux ans, ils remportaient le concours du Swiss Arts Council Pro Helvetia qui, désireux de faire souffler un vent d’air frais dans le pavillon, venait de rendre la compétition anonyme.

    La norme du logement standard

    View the original article: https://www.lemonde.fr/architecture/article/2018/06/08/architecture-a-la-biennale-de-venise-la-suisse-sublime-le-vide_5311959_1809550.html

    Alessandro Bosshard, 30 ans, est suisse….

    Architecture : à la Biennale de Venise, la Suisse sublime le vide

    Quatre jeunes architectes ont été récompensés par le Lion d’or pour leur installation épurée, qui interroge la conception standardisée des logements. Le Monde | | Par Isabelle Regnier (Venise, envoyée spéciale) Sans rien céder sur la précision et l’exigence qui font la réputation de leur architecture nationale, les Suisses ont créé l’événement à la Biennale de Venise, en transformant leur pavillon en un appar­tement vide, dont l’échelle des pièces varie à mesure qu’on s’y enfonce.

    In the same category are

    Un apéro avec Clémence Poésy : « Les gens doivent penser que j’ai inventé mon nom » Le photographe est aux anges : son modèle du jour pose sans rechigner et se plie presque naturellement à ses directives. « Baisse la tête. » « Mets te...
    TV – « Putain de nanas » de l’ovalie A en croire Louis Aragon, la femme est l’avenir de l’homme. Et à suivre la chronique que Benjamin Montel et Antonin Boutinard Rouelle consacrent à l’é...
    TV – « A Most Violent Year », l’essence d’un grand thriller Film sur TCM Cinéma à 20 h 45 Au début, on croirait une armure. Ce manteau en poil de chameau, clair, doré presque, aux épaules carrées, donne à Abel...
    Street art : Marseille sous les bombes Le coin de paradis était devenu un enfer pour la congrégation des Sœurs victimes du Sacré-Cœur de Jésus. Ces dernières années, le voisinage direct des...
    Norman Foster envisage de quitter Londres Foster + Partners, la plus grande agence d’architecture du Royaume-Uni, créée en 1967, envisage de déplacer son quartier général hors de ses frontière...
    TV – « Brigitte Macron, un roman français » Documentaire sur France 3 à 20 h 55 Clin d’œil à leur passion commune pour la littérature autant qu’à la singularité de leur histoire, le mot « roman ...

    Leave a comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.