Les ambiguïtés américaines de Danh Vo au Guggenheim

Latest news

    Avec Danh Vo, le Guggenheim mise sur un artiste jeune, en phase créatrice.

    Ce sont des lettres apparemment anodines de Henry Kissinger, dans lesquelles il remercie son ami Leonard Lyons, critique au New York Post, de lui avoir procuré des places de spectacle à Broadway. Et dans l’une d’elles, datée du 20 mai 1970, le conseiller du président Richard Nixon regrette de ne pouvoir venir : « Je choisirais vos ballets plutôt que le spectacle du Cambodge, si seulement j’avais le choix. » D’un mot, en passant, voilà le visiteur précipité dans la guerre du Vietnam. Le procédé rappelle la Chute d’Icare, tableau de Pieter Brueghel l’Ancien où seul un détail faisait deviner, dans une scène champêtre, la noyade du jeune homme. Il est celui de Danh Vo, exposé cet hiver au Guggenheim de New York.

    L’artiste danois, d’origine vietnamienne, relie vie privée et publique et fait comprendre la grande histoire par le biais de la petite. Une consécration pour cet homme de 42 ans, et une expérience un brin ardue pour le public, qui se trouve vite embarqué par le procédé narratif de l’artiste. « C’est une exposition qui exige du visiteur qu’il ralentisse le pas, note la conservatrice Katherine Brinson. Je crois profondément que pour rester pertinent, nous devons exposer des artistes jeunes, en phase créatrice. C’est essentiel pour ne pas devenir une boîte à bijoux historique sur la cinquième avenue de Manhattan. »

    Une Rolex, un briquet, une bague

    Cet enfant de réfugiés vietnamiens, aujourd’hui résident au Mexique, suit un fil rouge – sa vie – grâce à des objets apparemment anodins mais liés à l’histoire. On découvre ainsi dans l’exposition une Rolex, un briquet Dupont, une bague, trois objets précieux achetés par son père après l’exil ; les lustres de l’hôtel Majestic, où furent signés, en janvier 1973 à Paris, les accords mettant fin à l’intervention américaine au Vietnam ; une machine à écrire, dont on apprend qu’elle fut celle du terroriste américain Ted Kaczynski, alias « Unabomber », qui berna…

    View the original article: http://www.lemonde.fr/arts/article/2018/03/13/les-ambiguites-americaines-de-danh-vo-au-guggenheim_5270129_1655012.html

    http://www.lemonde.fr/arts/article/2018/03/13/les-ambiguites-americaines-de-danh-vo-au-guggenheim_5270129_1655012.html

    In the same category are

    Nina Bouraoui : « Quelle ­richesse, cette homosexualité qui fut un long chemin ! » La romancière d’origine franco-algérienne, qui remporta le prix Renaudot en 2005 pour Mes mauvaises pensées, vient de publier Tous les hommes désirent...
    « Maisons extraordinaires » : de l’art pauvre pour les riches Netflix, à la demande, série documentaireLa première saison de The World’s Most Extraordinary Homes (« les plus extraordinaires maisons du monde ») se...
    Le coin du crime. Plongée en hypothermie Sott (Rupture), de Ragnar Jonasson, traduit de l’anglais par Ombeline Marchon, La Martinière, 352 p., 21 €.En face, la mer du Groënland où luisent sou...
    « Vaurien » : un huis clos risqué à Pôle Emploi L’avis du « Monde » – pourquoi pasMalgré ses cinq années d’études, Redouane ne parvient pas à trouver du travail. Lorsqu’il reçoit un courrier de Pôle...
    Jacques Audiard à la conquête de l’Ouest La confrontation à l’Amérique est une expérience sporadiquement tentée par des auteurs français. C’est une manière de se mesurer au mythe, au genre, à...
    Didier Bénureau met Dieu sur le gril L’enfant de chœur qu’a été Didier Bénureau prend un malin plaisir à faire passer un entretien d’embauche à Dieu. Créée avec succès cet été dans le Fes...

    Leave a comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.